J’ai peur du regard des autres, qu’ils me bannissent de la tribu, me jettent des pierres et me maudissent jusqu’à la 42ème génération…

Tremblez pauvres mortels !
Sentez la sueur froide qui dégoulinent le long de votre colonne vertébrale.

Vous me reconnaissez, vous savez qui je suis…
La peur, la terrible peur !

Obéissez-moi, craignez-moi, et surtout… surtout… fuyez-moi !

Faisons une place à la peur !

Bien le bonjour!
Aujourd’hui, vous l’avez deviné, nous allons parler de la peur…

Dernièrement, j’ai suivi une formation sur la peur, animé par Aurélie Verdon, une hackeuse taoïste, praticienne en médecine chinoise et en hypnose…
Bref, j’ai déjà vu quelques amis aller se faire retourner le ciboulot avec elle, pour enlever quelques couches encombrantes qui sert de plumard au singe sautillant qui squatte la cervelle.

Autant dire que j’ai confiance.
Alors, quand elle propose de parcourir les émotions sous l’angle de la médecine chinoise, je sens et je sais que ça va décoiffer du poney-mutant !

Il n’y aura pas de place pour de la sagesse poussiéreuse, mais du concret et de l’action. (Attention, spoiler : un remède à la peur = Action).

Je vais planter un peu le décor, et puis après, je vais me lancer.
Oui, car comme dit Alain Damasio :

Réfléchir, c’est fléchir deux fois

La Zone du Dehors, Alain Damasio

Donc, un peu de théorie, puis je me mets à poil, au risque de me faire jeter de la tribu. J’aime vivre dangereusement (parfois).

Au commencement, la peur était badass (et notre amie)

Pas difficile à comprendre.
Un tigre à dents de sabre, on bascule en mode fuite, combat ou tétanie.
Trois réponses optimales :
on se sauve, on lui ratatine la face, ou on passe en mode camouflage.
Et tout ça, avec un corps et une cognition qui s’adapte au mieux pour ces actions, en stimulant le courage, l’humilité, l’instinct de survie, aiguise la prudence, etc.

La peur est donc un mécanisme ultra-utile.

Qu’est-ce qui déclenche ce super-pouvoir ?

Perso, la peur m’apparaît plus souvent comme un frein, que comme un produit dopant auto-produit et légal…

Mais pourquoi ? Pourquoi la peur peut me freiner ?

Alors, deux éléments sont indispensables pour déclencher la peur :
une ou des sensations
des pensées (une cognition, pas forcément de manière consciente)

Il s’agit de percevoir quelque chose puis de l’analyser pour déclencher notre pouvoir. La peur est donc subjective et culturel.
Les peurs changent en fonctions des époques.

Alors, oui, la peur, c’est utile.
C’est indispensable.
La peur saine, oui. La peur dite physiologique.

La peur d’avoir peur

C’est là que le bat blesse.
Lorsque la peur s’éloigne de son fonctionnement physiologique.
En médecine chinoise, les émotions ne sont pas négatives ou positives.
C’est un équilibre en mouvement.

À côté de la peur physiologique, qu’est-ce qu’il y a ?

Le manque de peur, la peur étouffée, la peur inappropriée (tels que les phobies), la peur excessive…

En fait, on peut savoir si une peur est physiologique, ou non. Et donc, pouvoir travailler dessus. Ce qui est plutôt encourageant.
Pas de fatalité.

Les peurs naturelles chez les bipèdes aux pouces préhenseurs et à l’encéphale hautement développé

Mais oui, bien sûr. Ces peurs qu’on retrouvent dans toutes les cultures, et à priori, à toutes les époques :

  • Peur de la mort
  • Peur de ce qu’on ne connaît pas
  • Peur du rejet, du bannissement de la tribu
  • etc…
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment commencer à courir ?

Je vous ai dit que j’allais parler de moi…
Et oui, parce que :

  • C’est mon site !
  • Parce que cet article vient d’une conférence d’Aurélie Verdon, je ne vais donc pas retranscrire tout ce qui a été dit (mais je vous encourage à aller vous renseigner sur 3volution, en fin d’article).
  • Et ce qui m’intéresse, en dehors de la théorie, c’est de trouver un moyen de passer à l’action.
  • Sinon ? C’est de la masturbation intellectuelle !

Personne ne m’aime, ne me rejetez pas !

Petit, lorsque j’avais un chagrin, en pleurs, je m’exprimais :

Personne ne m’aime…

Si vous savez à quel point c’est présent chez moi.
De manière subtile, inconsciente.
Mais quand on travaille sur soi, il y a des choses comme ça qui chatouillent.
Et tout à coup, ça fait sens.
Parfois, petit à petit, parfois, plutôt comme un grand huit.

La conférence avec Aurélie a duré 3h30. Une prochaine séance d’1h30 est prévu pour répondre aux questions. Et en plus, nous avons reçu un document de 18 pages, avec théorie et outils.

Donc, concrètement, qu’est-ce que j’en fais ?

J’ai depuis longtemps senti un décalage entre ce que je pense, et ce que j’ose.
Je suis déjà un marginal, dans le sens où je m’éloigne de la norme, dans un certains nombre de domaines.
Et pourtant, j’ai l’impression de me restreindre très régulièrement.

Pourquoi ? Et surtout, que puis-je faire ?

«Soit tu as peur du rejet, du bannissement, soit tu te renie et tu n’est pas toi-même»

Aurélie Verdon

Vlan !
Ca l’air tout bête, je sais bien.
C’est un article un peu particulier, un peu différent.
J’assume (peur du rejet ?).

Concrètement, voilà les choses que j’ai envie de faire plus souvent, et que je m’auto-limite :

  • Marcher pieds nus
  • Faire de la musculation en foret, ou dans un parc, ou simplement faire des tractions où je veux, quand je le veux
  • Pouvoir répondre à la question : c’est quoi ton métier, sans bafouiller, en osant dire : en fait, j’ai plusieurs métiers, dont certains qui me rapportent que dalle. Et pourtant, c’est pour moi autant un métier que mes autres activités.
  • Pouvoir assumer de tester des trucs (sommeil polyphasiques, jeûne, douches froides…)
  • Courir torse nus, même en hiver. Parce que j’aime sentir mon corps vivant. Parce que le froid est un partenaire de pratique.

En fait, j’ai l’impression d’être encore un enfant, et que je dois tout de même être un minimum adulte parfois.

Est-ce que ça me rends heureux ? Non, ca me pèse, je le sais et le sens.
Donc, changeons de stratégie.
Assumons plus.
Que je m’assume plus.
Que je sois plus moi.

Bien sûr, ça fait des années que je dis que la peur n’est pas une barrière, mais au contraire, une direction.
Un signe que, peut-être, si je ressens de la peur, c’est bon signe.
C’est peut-être par là que je dois aller.
Car c’est là que je vais apprendre le plus de chose.

Et force est de constater que j’ai pu le vérifier à plusieurs reprises.

Bref, donc, pourquoi je ne m’amuse pas plus souvent à faire et être ce qui m’attire ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Article invité : Le plaisir de courir !

Peur du jugement, peur du regard bizarre, peur de se voir coller une étiquette…

Mais si j’essaye d’utiliser le singe qui saute dans ma cervelle, en fait:

  • Tout le monde porte des jugements tout le temps. C’est un fait.
  • Je ne pourrai jamais contrôler le regard des autres… et ça ne me met pas en danger.
  • Des étiquettes ? Autant assumer, et avoir des étiquettes qui se rapproche de la réalité, plutôt que de laisser planer le doute.

Vous imaginez, si, l’espace d’une journée, on acceptais tous d’être ce qu’on aimerait, sans se soucier de paraître ?

Bref, être plus aligné avec soi.

Pendant des années, j’ai nié mes peurs et mes émotions. Ça a un coût. Clairement. Il est temps d’être plus économe.

Nier sa peur, c’est rentrer dans un processus d’auto-prédation.

Aurélie Verdon

Donc, Aurélie propose plusieurs exercices.

Oser regarder sa peur

J’ose regarder ma peur. Je croise une personne. Un adulte. Diablerie.
Je suis pieds nus. Et même plus, disons torse nus…

  • Existe t’il un danger imminent ?
  • De quoi ai-je peur ?
  • Peur physiologique, ou pathologique ?
  • Noter ce qui s’est passé

Quand il n’y a pas un danger imminent, la première ressource est l’analyse.

Aurélie Verdon

Sortir de sa zone de conforteresse

Ensuite, pour chaque peur que j’ai, je peux trouver un moyen de définir un défi, et de le remporter. Une action simple, mais qui permet, à terme, d’être plus en phase avec moi-même.

C’est à la mode de parler de sortir de sa zone de confort.
Mais en fait, je ne sors pas de ma zone de confort, je l’agrandis !

Ce que j’ai déjà réalisé

Comme un post-it de motivation. Au lieu de voir le trou devant moi, voir la montagne que j’ai déjà gravit :

  • Séjour en monastère
  • 10 jours en communauté à 16 ans
  • Partir à l’autre bout de la France pour étudier
  • Courir un marathon
  • Organiser un jeûne en groupe
  • Aller dans un pays où je ne parle pas la langue pendant 5 mois, pour étudier un art martial
  • Randonner pendant 24h
  • Marcher 100km
  • Faire du théâtre sur scène et dans la rue
  • Vendre mon bouquin auto-édité, en costume, dans la rue

Je vous assure que pour toutes ces actions, j’avais peur avant de me lancer.
Mais cette peur m’amenait aussi du courage.

C’est bien parfois de se rappeler tout ce qu’on a déjà réussi…

Lorsque j’avais interviewé Pierre Dufraisse (VérismeTV), on en parlais…

Les gens passent des épreuves dans leurs vies, ils traversent cinq fois l’enfer.
Et tout à coup, il faut faire une douche froide : ah non, je n’en suis pas capable, il faut du courage pour faire ça.

Pierre Dufraisse

Et vous ?

Je me suis mis tout nus, histoire que cette formation ne soit pas resté inutile.
J’ai pu cogiter et pondre cette article un poil inhabituel ici.

Et vous, c’est quoi vos peurs ?
Qu’est-ce que vous allez en faire ?
Les commentaires sont là pour vous 😉

Les ressources de 3volution

3Volution, le cadre professionnel crée par Aurélie Verdon et David Manise.
Plein de ressources gratuites, des stages, des conférences-lives sur internet…

Et pour finir :


Vous avez aimé ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  


5 thoughts on “J’ai peur du regard des autres, qu’ils me bannissent de la tribu, me jettent des pierres et me maudissent jusqu’à la 42ème génération…”

  • Merci Mickaël pour ce partage intime et pertinent !
    J’ai eu plaisir et intérêt à écouter ce podcast jusqu’au bout 😀
    Bravo à toi pour tout ce chemin parcouru, je suis fier et heureux de vivre à tes côtés et de suivre tes aventures, sur les tatamis, dans les forêts, dans les vignobles alsaciens et bien plus loin encore.
    Avec toute mon affection, mon admiration et ma reconnaissance pour l’homme que tu es.

  • Belle synthèse pleine de poésie de la formation d’Aurélie sur la peur à laquelle j’ai également assisté. Merci pour ce témoignage. Afin de symboliser ce pas de plus vers le lâcher prise je te propose de renommer ton site “courirapoil.fr” ☺️ A bientôt pour le prochain live sur la colère

  • Merci pour ton commentaire !
    Très bonne idée, je suis pour «courir a poil !»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *